« La forme architecturale n’est pas responsable du mal-vivre »

Patrick Bouchain a reçu le Grand Prix de l’urbanisme en 2019. Pour lui, la ville ne peut pas se faire sans une intégration totale des habitants au projet.

Son « Grand Prix de l’urbanisme 2019 » tout juste en poche, Patrick Bouchain était à Marseille en novembre de la même année pour participer au Festival « Image de ville ». Sa vision de la ville (« qui est d’abord faite pour ses habitants ») est celle qui se fabrique « en commun » : « mettre des espaces en commun pour les partager et non pas privatiser des espaces communs ».

La ville selon lui se construit autour de la matérialité d’un objet. C’est seulement dans un projet concret que les habitants pourront s’investir et façonner ce projet autour de leurs envies et de leurs besoins. Dans cette première partie de l’entretien qu’il nous a accordé, il cite l’exemple d’une cité Hlm qu’il a refusé de démolir, préférant utiliser le budget de cette démolition en le distribuant aux locataires pour qu’ils fassent dans leurs logements les travaux qu’il leur semblait bon de faire. Au final, dit-il, on a réalisé deux fois plus de travaux que ce qu’on aurait pu financer avec le budget initial. Preuve que les gens se sont investis personnellement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s